La cinquième Force

Created with Sketch.

La cinquième Force

Ci-dessus une vue d’artiste montrant les BECs invisibles formant halo autour d’une galaxie. Les 5 échelles sont : 1/ les étoiles ; 2/ le trou noir central; 3/ la galaxie visible; 4/ les BECs formant halo ; 5/ les BECs noirs formant l’espace intergalactiques.

Le modèle standard indique que la particule X17 pourrait être le vecteur d’une hypothétique cinquième force fondamentale, probablement en rapport avec la matière noire, avec une masse de 17 MeV. Nous avons montré que la particules X17 est plutôt une des composantes du boson subquantique soit le Bodys, tout comme le sont les bosons W, Z et de Higgs. Voilà encore une spéculation de la spéculation. En effet le modèle standard ne connaît pas la nature de la matière noire et ignore la nature physique même de X17 et de tous les bosons dit « de jauge ».

Selon l’extrême et inédite cohérence de la loi DUO5, la 5eme force est une composante faible et constante de la gravitation qui s’exerce à l’intérieur des BECs et entre les BECs , formant l’espace-temps. Cette 5eme force est mesurée sous la forme de la décélération anormale des sondes Pioneer.

CAS D’UN BEC SEUL Le BEC standard est un cas d’école car supposé ne pas avoir une masse centrale. Cette 5eme force est exprimée par le gradient d’accélération centripète relatif à l’intervalle ( longueur d’onde de Compton ƛe ) entre chacune des ξ3 couches de pôles de Bodys. Cette accélération maintient l’unité d’un BEC.

CAS DU BEC SOLEIL: Le BEC-soleil est influencé par la masse du soleil et par l’influence de la masse galactique :

avec :

Par ailleurs on sait que l’accélération (locale) de l’expansion n’affecte pas les BECs des Galaxies. Cette accélération est donnée par :

Avec la vitesse v d’expansion locale soit 0,51 c et D la distance qui nous sépare du BEC-fossile. Cette relation tient compte de l’influence de la masse moyenne de la Galaxie. Avec mG la masse de la galaxie généralement estimée à 3×1042 kg, comparée à la masse du soleil estimée à 1.98×1030 kg . On peut voir que cette accélération est plus forte que celle due à l’expansion. Cela confirme que les galaxies ne participent pas à l’expansion.

Halo galactique fait de BECs enchevêtrés

CAS D’UN BEC NOIR INTERGALACTIQUE

On rappelle que le début de mitose a subi de nombreuses collisions et produit énormément de matière noire par relocalisation. Cela se poursuit par une partie des rayons cosmiques relativistes émis par les galaxies et qui se relocalisent par effet magnétique. En tout, la matière noire représente 15 fois la matière visible. Or l’expansion ne peut que déchevêtrer les BECs noirs intergalactiques. Cette matière noire est largement détectée par effet de zoom gravitationnel. Par définition, elle n’a pas le facteur d’influence d’une galaxie (9.82). La loi DUO5 montre que les étoiles noires ont un taux de couplage moyen, inférieur à celui des masses visibles. En estimant au facteur 2, le produit des ratios de masses moyennes et de taux de couplage, on obtient :

L’accélération de l’expansion – plus forte que le couplage inter-BECs – déchevêtre ces BEC-noirs. Mais de plus, elle permet de fixer la couche moyenne d’expansion comme un attracteur en accélérant les couches en retard et ralentissant les couches en avance.

Ci-dessous une représentation simplifiée des BEC-noirs intergalactiques à faible couplage.

5eme force et rotation des galaxies

Les galaxies sont entourées d’un halo fait de BECs enchevêtrés soumis à la force centripète relative aux deux composantes gravitationnelles. Matière noire et rayons cosmiques migrent vers l’extérieur du halo. A la grande échelle du halo, c’est la 5eme force qui est dominante. Elle tend à réduire le rayon du halo en entrainant l’immense masse noire. Cette réduction de rayon des masses, tend donc à augmenter la rotation. Mais ce resserrement – qui accentue la densité centrale – tend à augmenter le flux d’extraction de rayons cosmiques qui s’oppose à la 5eme force. Au cours du temps, le flux continu de matière noire, réduit la masse des galaxies. La réduction de ce flux, avantage à terme la 5eme force centripète et donc la rotation de la galaxie.

L’extraction subquantique de pôles de Bodys a le même mode opératoire que lors du Big Bang du BEC-fossile. La réduction des intervalles élémentaires subquantiques, amène leur fusion et donc leur séparation causale. Dans le cadre du BEC-fossile les paires électron-positrons – éjectées à vitesse c – ne sont pas relativistes car elles sont à la même vitesse c de l’espace-temps matérialisé par les BECs. En revanche, dans le cadre des galaxies, les paires émises qui évoluent dans le référentiel « espace-temps statique », sont forcément relativistes.

Conclusion

Les 5 forces sont toutes relatives au réseau de Bodys subquantiques qui forment un espace-temps discrétisé tout à fait compatible avec la théorie quantique. Cependant la force forte a un lien indirect car elle provient du démasquage des couches neutres d’une particule perturbée.

L’espace-temps n’est pas un être mathématique à qui on a donné astucieusement une aptitude à la courbure via la constante G. Non si l’espace-temps se courbe c’est à cause du couplage matière ↔ Bodys qui revient à perturber leur symétrie dipolaire. Les Bodys sont caractérisés par leur non localité. Or plusieurs phénomènes mystérieux sont là pour l’attester :

1/ la décélération anormale des sondes Pioneer. Dans cet article au chapitre « étude de l’anomalie » , les auteurs confirment que les sondes Pioneer ralentissent mystérieusement avec un gamma de 8,741 ×10-10 m/s².

2/ Les observations récentes de WEBB nous indiquent que les galaxies primordiales se sont formées bien plus rapidement que le calcul ne le laissait entrevoir.

3/ De nombreuses expériences confirment que l’intrication des spins reste en relation bien au-delà de la causalité relative à la vitesse de la lumière.

4/ Schrödinger a introduit l’idée de la « réduction du paquet d’ondes » qui sous-tend une dualité de localité qui implique une dualité : {quantique ↔ subquantique}.

5/ L’effet tunnel qui selon Hartman, implique une vitesse supraluminique.

6/ le mystère de la médiation des photons à vitesse constante c, qui est très bien décrite mais non expliquée.

7/ la température énigmatique de la couronne solaire.

8/ la matière noire de même source que les rayons cosmiques et de l‘excès de positrons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.