Les 5+1 « S » du BodyS

Déterminisme de L'Univers d'Or

Created with Sketch.

Les 5+1 « S » du BodyS

« S » comme Symétrique

Le « S » de l’oscillateur Bodys originel et élémentaire, indique son état Symétrique. C’est l’expression résultante et équilibrée du « corps » dipolaire qui garantit le « zéro paramètre physique ». En effet, toute pré-existence de paramètres physiques, est physiquement injustifiable. La configuration dipolaire est la dualité essentielle qui contourne l’impossible zéro physique absolu. L’essence même de la Nature est la Dualité dans son expression dipolaire.

« S » comme Stochastique

Le second « S » de l’oscillateur Bodys originel et élémentaire, indique son état Stochastique. Il sont statistiquement chacun indépendant et leurs ratios internes sont purement aléatoires et particuliers. Son indépendance (ou isolement) lui confère statistiquement une neutralité relative aux perturbations qui lui assure un pur zéro par symétrie de ses pôles opposés. Cela se traduit par des paramètres physiques strictement nuls.

« S » comme Synchronisé

Le 3eme « S » de certains Bodys, indique qu’ils possèdent une probabilité non nulle de se Synchroniser et former un BEC. Cette probabilité est extrêmement faible car chacun des Bodys stochastiques, possèdent 3 paramètres fondamentaux et aléatoires : une fréquence, une phase et une « intensité » de point zéro. Pour que n Bodys se synchronisent, il faut que ces 3 paramètres soient quasiment égaux chacun à chacun. Bien que la probabilité de convergence soit quasiment nulle, elle reste supérieure à zéro dans le cadre d’un potentiel infini de « tirages » aléatoires. Ainsi deux Bodys se synchronisent si leurs ensembles {fréquence, phase, point zéro} deviennent très proches. Un « flux de synchronisation » aboutira à un « point zéro commun » avec une distribution des pôles, en couches sphériques. C’est le BEC-fossile dont la somme vectorielle des paramètres physiques, est toujours nulle.

« S » comme Saturation

Le 4eme « S » de certains Bodys, indique que le flux de synchronisation arrive au stade critique de Saturation. L’intervalle tangentiel élémentaire de la première couche de pôles du BEC, atteint une valeur critique où les pôles voisins se superposent. L’indication « première couche » concerne celle qui est saturée et arrive première au point de rebroussement (rayon du BEC). Les charges contraires de chaque Bodys, s’annulent par superposition dans l’axe tangentiel. L’annulation des paramètres [M,L,T] par opposition radiale se transforme en annulation par superposition tangentiel du paramètre relatif à la charge élémentaire [Q].

« S » comme Séparation (causale)

Le 5eme « S » concerne les pôles saturés de la première couche du BEC-fossile. Il signe la Séparation causale des pôles de Bodys concernés. La disparition des charges par superposition, a brisé le lien radial entre les pôles de chaque Bodys de la première couche. Les paramètres physiques de ces pôles ne s’annulent plus* et sont donc révélés. Ils deviennent les paires élémentaires {électron-positrons}. Ces paires fusionnent aussitôt en neutron-protons en présentant une fausse asymétrie relative à sort des positrons qui sont toujours confinés (voir les protons).

* on a vu qu’il reste un faible gradient coulombien tangentiel qui se traduit par la gravitation.

« S » comme Subquantique

Le (5+1)eme « S » concerne la très grande majorité des Bodys non séparés qui matérialisent l’espace-temps et son aptitude à la médiation des forces et des informations. L’espace-temps est matérialisé (au sens physique) par la légère asymétrie provoquée par le couplage avec les ex-pôles devenus {électron-positrons}. La loi ML = Cte, provoque l’habillage de la matière par un Δm qui compense le Δℓ de l’asymétrie d’amplitude des Bodys de l’espace-temps. C’est ce Δm qui fixe le proton à 1836.15 masses électrons habillés au lieu des 920 paires (+ 1 positron célibataire) donnant une masse de 1841 « électrons nus » selon la généralisation de la loi KOIDE et ses multiples occurrences exactes. Il y a également la mesure surprenante de la localité étendue (l’expression non localité évoque à tort un paramètre physique infini) concernant la causalité relative à l’intrication de spins. Le couplage {matière↔Bodys} concerne en premier lieu, le spin.

La matière est déclinée de l’espace-temps qui lui-même est révélé par la perturbation de la matière

selon : ΔL × ΔM = Cte

Une infime partie de l’ensemble Stochastique se Synchronise et une infime partie de cet ensemble synchronisé, devient matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

FrenchEnglish