Résumé 1

Déterminisme de L'Univers d'Or

Created with Sketch.

Résumé 1

Il faut bien prendre conscience que le zéro absolu mathématique est interdit quand il s’agit de paramètre physique. Il n’y a que les nombres pour qui l’infini et le zéro absolu sont permis. Le seul zéro admissible en physique fondamentale, est le zéro symétrique. Il y a bien une dualité des zéros.

Ci-dessus les 5 échelles d’une galaxie type :

1) l’espace-temps constitué des BEC-fils intergalactiques (représentés en bleu). Ils se déchevêtrent sont l’action de l’expansion, car ils sont peu couplés avec la matière.

2) le halo galactique constitué des BEC-fils très enchevêtrés par l’action de la masse galactique. De ce fait, ils ne participent à l’expansion qu’en émettant des BECs-noirs.

3) le halo des BECs empilés du trou noir qui le rend actif en émettant des pôles subquantiques relativistes (les rayons cosmiques).

4/ La partie visible de la galaxie

5/ le trou noir rétréci (vestige de la galaxie noire originelle).

La synchronisation statistique & aléatoire

On a vu dans cet article, comment et pourquoi le paradoxe existentiel justifie la présence permanente de l’Omnivers non connexe. Le brassage intense des Bodys-zéros, stochastiques, de l’Omnivers, ouvre une probabilité non nulle de synchronisation de certains Bodys. La permanence du brassage intense permet de rendre probable les difficiles paramètres de synchronisation :

a) superposition des points zéros ;

b) fréquence identique ;

c) phase identique.

Ci-après, le déroulement de la synchronisation avec le taux d’erreur qui sauvera une petite partie des masses issues des Bodys ayant une amplitude au-delà de la causalité du court circuit général provoquant l’annihilation.

Les conditions de fécondité du BEC à venir

La probabilité d’obtenir la Bulle-Univers en expansion observable, est unitaire. Mais ce truisme a des causes précises issues du hasard avec forcément des erreurs. Pour arriver à la fécondité, le hasard est passé par un nombre incalculable d’échecs, donc des BECs stériles. Comme le temps ne s’écoule pas, il arrive forcément les conditions pour la fécondité du BEC précurseur.

La fécondité est ici jugée à l’aune : a) de la réalisation de la Bulle-Univers en expansion que nous pouvons observer; b) du processus de mitose-expansion du BEC qui fixe l’existence du proton (base de toute la matière) ; c) aux clés qui sont indiquées dans l’article « les preuves ».

Tableau 1 : les 5 facteurs essentiels prouvés de la loi DUO5

Il est réaliste de considérer que le hasard ne peut en aucun cas, atteindre un taux d’erreur fixé au zéro absolu ! Il y a deux types d’erreur qui permettent d’éviter la stérilité du BEC :

a) il faut impérativement un taux d’erreur de synchronisation, pour que l’annihilation primordiale ne soit pas totale.

b) il faut que les facteurs aléatoires α et ξ, qui fixent la multiplication par la mitose fractale à venir, soit le plus proche possible de l’exponentielle parfaite 25 !

Structure du BEC-fossile saturé par ξ11 Bodys

Le tableau ci-dessus, indique que l’aire du BEC-fossile contient ξ8 pôles de Bodys qui vont par séparation causale, se révéler comme paires électron-positrons. Mais cela ne représente qu’une couches sur ξ3 qui structurent le volume du BEC-fossile. Le ratio entre le rayon du BEC et la longueur de Planck, est donné dans la seconde ligne du tableau 1 soit ξ5.

Ainsi, ces deux facteurs (de source aléatoire) et corrigé du facteur d’erreur, donne précisément la masse du proton (donc toute la matière) en unité « électron nu et entier ».

La loi DUO5-KOIDE indique par des dizaines de relations exactes : a) que tout peut s’exprimer par l’unité « électron nu » en valeur entière par rapport aux unités en « électron mesuré » (habillé). Sous cette forme, la grande diversité des particules se révèlent comme étant liées entre elles par les paires électron-positrons, comme par exemple le muon (207) :

ou :

La mitose ξ2 déclenchée par α² génère le proton

L’annihilation (matière) est le premier facteur d’élargissement d’intervalle qui déclenche la mitose du BEC-fossile. après le déclenchement (1), elle s’opère en 5 phases (1+5) selon :

avec la correction du passage en 3D :

Habillage du proton et autres particules composites

Il s’agit du couplage entre les électron-positrons constitutifs et les Bodys subquantiques.

Ainsi le taux d’habillage du proton est donné par :

τp = 1841 / 1836.15268 = 1,002639938

Ce taux d’habillage se révèle dans l’extraction du boson de Higgs, selon :

On retrouve également le boson W selon :

La loi DUO5 justifie √ξ par l’émergence subquantique 1D se diffusant dans les couches 2D des particules composites.

La loi duo5 prouve également que l’espace-temps est discrétisé par les Bodys et structuré par l’enchevêtrement des BEC-fils. Ainsi la médiation des photons est assuré par la vitesse subquantique des Bodys jusqu’au point zéro des BECs, via le couplage (habillage), selon :

Il en est de même pour la médiation de la gravitation :

Qui indique clairement que la gravitation est issue du gradient coulombien généré par la séparation des ξ4 pôles de Bodys présents sur la circonférence du BEC-fossile. A l’instar du couplage entre BECs-fils, l’article sur Pioneer montre que le halo galactique est fait de BECs dont le couplage leur confère une force (constante) centripète.

Ci-après l’évolution des fusions en galaxies hyper denses (noires), après annihilation et leur mitose qui, réduisant graduellement la densité, permet l’expression des photons relatifs la fusion nucléaire.

Il faut rappeler que la somme des masses en expansion-mitose, à vitesse c, n’est pas relativiste, car elle évolue à la même vitesse que les BEC-fils, formant espace-temps. Ce n’est pas le cas pour les rayons cosmiques issus des trous noirs galactiques, car leur vitesse différentielle avec les BECs de l’espace-temps atteint la vitesse c.

Rayons cosmiques & matière noire

Ci-après L’énergie des particules relativistes dont l’intensité mesurée est expliquée par l’émergence subquantique du centre galactique. On voit que l’émission à vitesse c est relativiste mais limitée à ξ :

avec

et l’énergie des paires électrons constitutives du proton

La matière noire issue du centre galactique, est juste relative aux collision des rayons cosmiques par le même principe à grande échelle, des collisions galactiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.