Mitose et occurrences DUO5-KOIDE

Déterminisme de L'Univers d'Or

Created with Sketch.

Mitose et occurrences DUO5-KOIDE

Selon la cohérence entre les lois DUO5 et KOIDE élargie, l’existence et le calibrage des particules, ont été forgées au cours de la mitose fractale primordiale. Cette mitose a été réalisée en 5 phases de pas αn, selon la suite de Fibonacci, 1, 2, 3, 5, 8. Ces nombres sont donc naturellement les coefficients fins qui lient les particules entre-elles.

Tableau des 5 coefficients de mitose

La mitose a divisé le BEC-fossile en ξ² BEC-étoiles (ξ² =154 milliards)2, concentrés en ξ galaxies. Le rayon R du BEC originel, reste constant mais la densité est réduite du facteur ξ² . On a vu que les phases de mitose se déroulaient selon une série en 1/αn relative à l’annihilation servant de déclencheur de mitose. Un BEC-étoile est indirectement observable à 3/4 de la taille d’un halo galactique (200 000 années-lumière) soit 150 000 années-lumière. L’enchevêtrement des BECs est tel que le centre des BECs extérieurs, est occupé par une étoile située au bord de la partie visible (50 000 années-lumière). On retrouve bien : 150+50 = 200 milliers d’années-lumière. Un halo galactique rend compte de l’enchevêtrement serré des BEC-étoiles.

Le rayon d’un BEC hôte d’un étoile est formé de Bodys structurant l’espace-temps

Relations de 5 particules en 8 configurations (unités entières et nues)

Tableau 1

A partir du muon (exprimé en unités électrons nues et entières) soit 207, et le nombre central 23, on peut peut retrouver les 7 autres configurations de particules.

La mitose en 5 phases et l’Univers d’Or

Le nombre d’Or φ =1,6180339887499 est relatif à une suite de Fibonacci infinie, ce qui n’est pas le cas de l’Univers dont la mitose a été limitée à 5 phases α². Ainsi le nombre d’Or de l’univers est donné par φ5 = 1,600, selon :

(0)

Soit la moyenne de ces deux nombre d’Or :

(1)

qui se rapproche du ratio :

(2)

Avec n ≠ 1 ⊂ ℝ. A partir des seuls coefficients de la mitose, on peut établir une égalité avec la relation 2 avec une très grande précision (sigma 7) :

(3)

Le coefficient kf (voir la relation 7) est relatif à kp soit l’inverse de 2 masses de neutron (1844 exprimée en unités entières et nues) :

(4)

La relation (4) est comparé à k5 , qui représente le coefficient d’arrondi entre le logarithme en base 5 du taux de mitose ξ² et le nombre entier 25 = 32 :

(5)

Le coefficient k5+1 permet également de préciser la valeur numérique du boson W. Ces deux coefficients donnent cette moyenne proche de kf selon :

(6)

avec lequel on construit le coefficient kf qui permet à la relation 3, une occurrence précisée à sigma 7, et ce avec les seuls coefficients (2,3,5) de la mitose :

(7)

La relation 7 met en œuvre une série limitée à 2 termes de αn relatifs à la mitose de facteur ξ² avec la masse du proton comme variable d’ajustement.

Explication par les coefficients d’arrondis et d’habillages mutuelles

La cohérence de la loi DUO5, implique que toutes les particules composites (y compris le muon) sont des assemblages entiers de paires électron-positrons nues. Mais les relations avec le facteur universel ξ issu d’une loi statistique, doivent donc forcément impliquer des coefficients d’arrondis. Ces derniers se traduisent par des coefficients d’habillages. Ainsi, le nombre d’Or limité à 5 phases de mitose par : φ5 = 8/5 = 1,6. Pour tout nombre n ≠ 1 ⊂ ℝ , le ratio du logarithme népérien par le logarithme en base 5, donne naturellement une valeur numérique proche de la moyenne des deux nombres d’Or. Comme elle ne peut être strictement exacte, elle est corrigée par le coefficient d’habillage moyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FrenchEnglish