Relativité générale

Déterminisme de L'Univers d'Or

Created with Sketch.

Relativité générale

La relativité générale se veut fondée sur des concepts radicalement différents de ceux de la gravitation de Newton. Cependant dans les deux cas on ne tient pas compte de la physique de l’espace-temps et donc de l’échelle subquantique. Le modèle standard souffre d’une incompatibilité cruciale entre relativité générale et la théorie quantique. Dans les deux cas on a éludé la physique pour construire des êtres mathématiques spécifiques à chaque cas. La loi DUO5 rend compatible les deux échelles car c’est une loi partant sur des bases physiques incontournables. Exit la notion archaïque de « vide », car les preuves sont données pour que l’espace-temps soit discrétisé par des Bodys oscillant à des amplitudes cosmiques, fixant le rayon du BEC. La matière est intimement couplée avec ces Bodys et perturbe leur symétrie garante du zéro. C’est cette altération locale de symétrie qui se traduit par l’effet « courbure ». La théorie de Newton aurait été valable si elle avait tenu compte de l’échelle subquantique. La notion de courbure est en relation avec le couplage matière ↔ Bodys. Donc la notion de « courbure » dans la relativité générale est un effet qui certes représente assez bien la réalité, mais qui ne donne pas la cause. La relation ci-après donne parfaitement la notion de courbure (1/L²) par le produit entre la constante d’Einstein et le tenseur énergie impulsion de dimension [M/L/T²] :

1

Constante d’Einstein

Armé de ses preuves la loi DUO5 permet de la fixer avec un sigma >7 selon :

2

Elle traduit très exactement les paramètres de l’électron dans lesquels on remarque la constante ML

3

Tenseur énergie-impulsion d’Einstein

Par la simple analyse dimensionnelle, mettant en jeu les paramètres de l’électron, obtient :

4

Le facteur k = 1,0026513098524 est explicité avec les formules 7 & 8.

La courbure Gij (1/L²)

5

Le lien précis avec la loi DUO5

L’inverse de la racine carrée du résultat (5) correspond très précisément (sigma >7) au rayon maximum de l’univers déjà donné par 5 autres relations différentes.

6

avec :

7

ou :

8

La relation 8 est plus grande que la relation 7 du facteur k = 1,0026513098524. Cela est conforme aux résultats de l’article portant sur les galaxies trous noirs. En effet, si les trous noirs primordiaux sont légèrement au-delà du rayon moyen du BEC-fossile, alors le rayon maximum devrait se baser sur le rayon moyen du BEC k fois moins étendu. Ce coefficient k – très proche du facteur d’habillage du proton (1,0026399380) – est une conséquence de l’erreur de synchronisation avec son effet sur l’amplitude des Bodys (donc du rayon du BEC-fossile).

Le facteur de Lorentz

l est donné selon :

Selon cette formule, ce facteur atteindrait l’infini si v = c. Mais la loi DUO5 s’inscrit en faux devant tout paramètre physique infini (hormis les nombres). Cette formule – basée sur les seuls effets et donc ignorant les causes – n’imagine pas l’existence d’un seuil de saturation. Selon la loi DUO5, ce seuil de saturation est donné par le facteur ξ .

Si v = c, alors le maximum d’énergie extractible des Bodys subquantiques est le facteur ξ. Dans un BEC-étoile, ce seuil est atteint par le produit : mps cs² = me c² ξ², avec la masse de Planck subquantique selon :

Au-delà de ce seuil, le chemin subquantique par le point zéro commun des Bodys, est saturé. La vitesse quantique, c est induite par la vitesse subquantique cs :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.