La loi de KOIDE

Déterminisme de L'Univers d'Or

Created with Sketch.

La loi de KOIDE

Yoshio KOIDE a publié en 1981 dans Journal of Physical Mathematics, une relation qui relie les masses de trois particules de type lepton (électron, muon, tauon) .

Cette relation a permis de prédire la masse du muon tau. Sa précision est de l’ordre de 10-5. En 2016, j’ai publié en 2016 dans Journal of Physical Mathematics, un article qui améliore d’un facteur 100, la précision de cette relation. Cet article s’appuie sur l’idée que la masse du muon mesurée à 206.7682 unités « électron », est exprimée en unités « électron habillé ». Si on convertit le muon en unités « nues et entières », soit 206 et de même pour le tauon (3477.10274 → 3481), on améliore la précision d’un facteur 100. Cela tend à considérer que les particules sont composées d’une fusion de paires électron-positrons ayant le statut de « non annihilation locale ». Elles sont le résultat de la séparation originelle et généralisée, vue dans le chapitre « MITOSE ».

En généralisant cette idée, on obtient des relations exactes étendues à 6 particules.

Cela se complète avec 8 particules, en rajoutant les deux types de pion :

Ce tableau montre que les 103 paires du muon (non divisibles) ne peuvent former qu’un seul groupe (sans intervalle polarisé et donc sans quark). Les pions ne se divisant que par 3, forme 3 groupes et donc 2 intervalles et 2 quarks (induits dans le confinement). Les 4 groupes du proton sont cohérents avec 3 quarks. Soit le nombre Φ = 23 qui est la somme des factorielles des 3 premiers nombres entiers, selon :

Soit les 5 premiers termes de la suite de Fibonacci relative à la mitose {1, 2, 3, 5, 8} qui apparaissent comme coefficients dans de nombreuses relations :

Qui produit une relation exacte entre le muon (207 unités entières et nues) et la partie neutre du proton (1840) comme celle-ci :

Ou celle-ci :

Il y a cette relation qui utilise la somme (20) des 5+1 premiers nombres de la suite de Fibonacci :

Il y a également ces deux relations entre muon et pion :

Une autre relation se révèle exacte, entre les 5 particules : neutrino (–2) et la partie neutre (masquée) des muon, pion, proton et tauon.

Il existe enfin cette définition du muon approximativement dérivé du nombre de complexions donné par le logarithme du nombre total de paires séparées sur le BEC-fossile.

Avec le coefficient avec δ = 1+√2 , l’erreur relative n’est que de 1.000032. Cependant, le ratio ξ issu d’un très grand nombre d’échecs pour obtenir un BEC-fossile « réussi », ne peut-être qu’approximatif. La probabilité pour qu’il génère un ratio ayant des relations strictement exactes et entières avec les particules, est quasi nulle. Il vient donc que seules les valeurs très approchées, sont éligibles.

Les quarks sont le produit du positron célibataire, en relation avec les intervalles polarisés laissés par les couches neutres.

les quarks sont induits et n’ont pas le statu de particule élémentaire

7 réponses

  1. […] le chapitre « Loi de KOIDE« , il vient le nombre de paires fusionnant en proton, selon […]

  2. […] loi KOIDE généralisée, montre que le taux d’habillage du proton est de τ = 1841 / 1836.15 = […]

  3. […] son positron. On vérifie que la charge du proton est bien celle de son positron confiné. La loi KOIDE généralisée (par mes soins) montre sans ambiguïté que la masse de toutes les particules […]

  4. […] Avec son électron orbital, il forme l’hydrogène atomique, source de toute la matière. La loi de KOIDE incluse dans la loi DUO√5, indique que le proton stable (donc de création non locale) est […]

  5. […] majoritaire des protons apporte une série de corrections relatives à son nombre neutre exprimé (voir loi de KOIDE) en unités nues (1840) et au ratio α. En posant […]

  6. […] neutralisés par superposition des couches. Cela est confirmé par la cohérence multiple de la loi KOIDE élargie. En plus de ses 1840 unités masquées, le neutron possède 2 paires isolées oscillants […]

  7. […] rend l’électron légèrement plus massique que s’il était nu comme le montre la loi KOIDE généralisée. Ainsi ce qui est valable pour le moment cinétique l’est également pour le moment […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

FrenchEnglish