Énigme du centre de l’Univers

Déterminisme de L'Univers d'Or

Created with Sketch.

Énigme du centre de l’Univers

Voici encore une question bien mal posée, car elle élude l’incontournable dualité. De quel état d’Univers parle-t-on ? S’agit-il de l’univers global et stochastique qui ne peut effectivement pas avoir de centre, car il n’a pas d’espace-temps ou s’agit-il de la Bulle-Univers observable en expansion née de la mitose du BEC-fossile saturé ? Cette seconde phase a effectivement un centre canonique même si chaque coordonnée semble être un centre où tout s’éloigne autour. La loi DUO√5 montre clairement qu’une variété (dynamique) de géométrie euclidienne, colle parfaitement aux observations. Ce centre est d’ailleurs observé du côté de L’Eridan sous la forme d’un grand vide – unique en son genre – d’une taille d’environ un milliard d’années-lumière…… En parfait accord avec la loi DUO√5, on mesure la distance du trou de l’éridan depuis notre Galaxie qui est d’environ 7 milliards d’années-lumière.

L’expansion en couches de vitesses dégressives, s’accorde parfaitement avec la géométrie euclidienne pour expliquer que chaque coordonnée semble représenter le centre. Il est donc inutile d’évoquer des variétés riemanniennes pour expliquer cela. A la question : l’univers l’univers est-il infini ? la première réponse est sous forme de question : de quel état d’univers parle-t-on ? S’il s’agit de l’état stochastique, la réponse est claire : il est difficile de parler de métrique ou d’étendue puisqu’il n’y a pas d’espace-temps. Il existe une infinité d’oscillateurs de type Bodys-zéro. Statistiquement ils s’ignorent parfaitement les uns les autres. Dans le chapitre « Mitose du BEC-fossile », j’ai évoqué l’impulsion initial (BIG BANG) qui démultiplie la vitesse c en 5 étapes provoquant ainsi une expansion en couches, évoluant de 0 à 5 c. Si l’on compare l’éloignement de notre Galaxie du BEC-fossile (7 G.y.l) à la fin de l’expansion fixée par une Bulle dont l’aire est tapissée de BEC-fils contigus selon l’équation d’Eddigton :

soit 296 G.y.l

La couche de notre Galaxie est largement en retard par rapport à 296 G.y.l.

Allure de la mitose-expansion

schéma simplifié de la mitose-expansion

A chaque rang de mitose, la division s’opère dans toutes les directions à la vitesse c. Cette vitesse c se cumule vectoriellement.

Distance de l’éridan

Une très grande partie des paires électron-positrons se sont annihilées sur l’aire du BEC-fossile. La température d’un électron est connue : Te = 5.93×109 K. La température du fond diffus est de 2.725 K. Comme la température varie en 1/r² on peut poser :

Ce qui confirme la distance entre notre Galaxie et le BEC-fossile. La vitesse locale (en accélération radiale) est donnée par :

Avec tu ~14 G.y, l’âge de l’univers.

Allure de la courbe d’expansion

Ci-après la courbe d’expansion locale qui converge avec la courbe d’expansion en avance.

La dualité des courbes de vitesse d’expansion

La courbe en bleu accélère pour rattraper la vitesse moyenne. A droite, les 5 relations qui confirment l’amplitude finale. La première est la relation d’Einstein à partir de la densité, la seconde considère la Bulle-Univers comme un trou noir. La troisième considère la Bulle-Univers comme un oscillateur à un seul demi cycle. La quatrième est une adaptation de la relation d’Eddigton.

De la convergence de ces quatre relations, on obtient la valeur numérique exacte de la constante de gravitation.

Comme toutes choses, le centre de la Bulle-Univers, fait l’objet d’une dualité. Il y a les pseudos centres relatifs à chaque observateur et le centre canonique représenté par le BEC-fossile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

FrenchEnglish