Mitose du BEC-fossile par masquage des charges

Déterminisme de L'Univers d'Or

Created with Sketch.

Mitose du BEC-fossile par masquage des charges

Comme vu au chapitre « BEC-fossile », le flux de synchronisation arrive à saturation car l’intervalle tangentiel élémentaire se réduit du facteur ξ à l’intervalle : p = ƛe / ξ . On a vu également que le ratio ξ4 entre le rayon du BEC et cet intervalle réduit, est le même que celui existant entre la force coulombienne et gravitationnelle sur une paire électron-positron. De cela découle deux niveaux de dualité :

1/ la dualité {masqué/apparent}

2/ la dualité relative aux types de masquage {opposition/superposition} fonction du type d’oscillateur {dipolaire/monopolaire}.

Dans la colonne dipolaire, ce sont les paramètres physiques [MLTQ] qui sont masqués par opposition. Dans la conne monopolaire, c’est les charges Q² qui sont masquées par superposition . On vérifie dans le chapitre « PROTON » que son intervalle de masquage est hérité de l’intervalle critique du BEC-fossile.

Le masquage par superposition s’est produit en même temps que la fusion en proton. Ce masquage brutal des charges Q dans les protons, a créé une énorme pointe de courant d’extra-rupture : i = dQ / dT. Cela s’est traduit par une sorte de court-circuit (à l’encontre de la séparation) qui a permis d’annihiler – par le canal des Bodys – un grand nombre de paires électron-positrons à peine créées.

annihilation, mitose et fusion, reviennent à élargir l’intervalle tangentiel élémentaire

Ce phénomène est confirmé ci-après :

Le taux d’annihilation (2D) α² dépend de la racine carrée du ratio ξ / P qui représente le taux de masquage par superposition. Ceci est la cause de l’émergence de la constante de structure fine α = 137.03599971. Cette annihilation (1D) a participé à l’élargissement de l’intervalle élémentaire tangentiel. Cela explique directement l’énigme du rayon classique de l’électron qui est α fois plus petit que son rayon de Compton ƛe . Cela explique également le ratio élémentaire entre la force coulombienne et gravitationnelle, qui s’est donc produit après annihilation de ratio (1D) α.

Cette relation indique que le degré de masquage n’est pas vraiment complet. Il reste une très petite part de la charge élémentaire qui est réduite de facteur de Planck (ξ²) :

charge après masquage

Ce qui justifie le ratio ξ4 entre les forces coulombienne et gravitationnelle exercées sur une paire électron-positron. On verra qu’un électron oscille radialement entre la longueur de Compton et son centre matérialisé par un canal de couplage subquantique de rayon égal à la longueur de Planck. On verra au chapitre « PROTON » que l’habillage des particules est relatif au niveau de perturbation que les particules quantiques projettent sur les Bodys tissant l’espace-temps. La symétrie spatiale des Bodys – localement altérée par une particule quantique – compense, selon ML=Cte, en lui rajoutant un Δm . Cela est mesuré sous forme de fréquences, d’énergie ħ ν .

Comme on l’a vu au chapitre « BEC-fossile », la séparation radiale des pôles de la seule première couche saturée (le ratio des masses totales sur Nb Bodys d’espace-temps, est de 1 / ξ3) leur a laissé une impulsion à vitesse c (non relativiste). Cela a entraîné les autres couches du BEC-fossile a se diviser. En effet ce BEC est en déséquilibre par ses intervalles radiaux ξ fois plus grand que ses intervalles tangentielles. Il tend donc à entrer en mitose pour que chacun des BEC-fils égalise ses intervalles à la valeur de Compton ƛe . Ainsi, le ratio de mitose en 1D, vaut précisément : ξ et donc ξ² en 2D. Mais ce ratio de mitose doit impérativement converger avec le taux d’annihilation α² qui lui a donné naissance. Le chapitre « PROTON » indique que la partie neutre (sans le positron célibataire) du proton Po = 1835.26, est plus légère que P = 1836.15. Or la convergence entre 5+1 étapes α² de mitose, avec ξ², donne exactement cela :

Cela veut dire qu’au taux d’annihilation primordiale (qui s’interprète comme un taux d’élargissement) se rajoute 5 étapes de mitose. Elle se décline en 5 étapes selon la suite de Fibonacci (1, 2, 3, 5, 8). Or La loi DUO√5, montre de multiples occurrences avec ces 5 nombres.

Ainsi la réduction de l’intervalle élémentaire a provoqué la superposition des charges et leur annulation. Le lien Bodys (radial et non local), ainsi brisé, a laissé l’impulsion des pôles (devenus libres et monopolaires) libre de provoquer la mitose.

Une réponse

  1. […] « fantôme » n’est pas instantanée. Comme on l’a vu dans le chapitre « Mitose » la fusion en proton revient à encore élargir l’intervalle élémentaire du facteur α. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

FrenchEnglish